• Echos des autres arts

    Coups de projecteur en matière d'arts plastiques, de musique, de danse, de cinéma ou de théâtre (voire de télévision) ...

  • Alors qu'Anne-Dauphine Julliand, la réalisatrice, est de nouveau touchée par le départ précoce d'un enfant puisqu'Azylis a rejoint lundi sa sœur Thaïs, je vous engage vraiment à aller voir la leçon de vie que nous offrent Ambre, Camille, Charles, Imad et Tugdual.

    Et les mistrals gagnants


    votre commentaire
  • Exposition Emile Friant, le dernier naturaliste ?Hier après-midi, nouvelle visite guidée de plus de 2h pour découvrir l'exposition exceptionnelle consacrée à Émile Friant par le musée des Beaux Arts de Nancy.

    L'exposition s'articule autour de différents thèmes qui permettent de voir combien l'artiste, précoce, a su conserver ses formidables dons de portraitistes et rester toujours fidèles à sa voie sans se laisser influencer par les grands courants artistiques, même si quelques touches d’impressionnisme ou de fauvisme sont présentes sur certains tableaux :

    1. le peintre, sa famille et ses proches,
    2. les années de formation, d'abord à Nancy puis aux Beaux Arts de Paris,
    3. ses amitiés artistiques, notamment avec Victor Prouvé ou Ernest Bussière et ses mécènes notamment les Coquelin, Constant et Jean, acteurs qui lui achetèrent beaucoup de toiles qu'ils revendaient ensuite, contribuant à le faire connaître,
    4. ses premières expositions, dès 15 ans, au Salon de Nancy,
    5. ses toiles de voyage, de l'Europe du Nord à l'Afrique du Nord
    6. ses représentations de scène de la vie ordinaire, où figurent bon nombre de ses tableaux les plus connus (La Toussaint bien sûr qui lui vaudra sa grande notoriété Outre Atlantique mais aussi les Amoureux, Le déjeuner des canotiers, le Pain)
    7. un espace consacré à ses toiles plus sombres, de La douleur à La peine capitale où il dénonce les conditions de l'exécution d'Eugène Weidmann dont se sont repus tant de monde (le peuple de Versailles est partout, sur les toits, par les fenêtres ...)
    8. quelques uns de ses portraits, qu'il s'agisse de commande ou alors de portrait d'inconnues saisies sur le vif, comme la jeune Leila, qui brode dans une rue d'Afrique du Nord (section 5) ou la jeune nancéienne dans un paysage de neige
    9. quelques caricatures enfin, nous révèlent un artiste facétieux (le menu pour son entrée à l'académie des Beaux arts où il se croque remplaçant la petite fille qui donne la pièce au mendiant dans le tableau de la Toussaint, comme pour souligner tout ce qu'il doit à se tableau, le croquis où il rejette des allégories du cubisme et du surréalisme)

    Hâte de pouvoir visiter de nouveau cette exposition dans 15 jours, pour apprécier différemment les tableaux et revoir ceux qui me parlent le plus, notamment un paysage marocain (impossible à photographier car appartenant à une collection privée) ou la petite barque dont les blancs pourtant si rares chez Friant qui est plutôt l'artiste du noir, qu'il maîtrise à merveille pour reproduire, y compris en peinture, tout ce que lui offre comme possibilités son médium favori, le fusain.

    Exposition Emile Friant, le dernier naturaliste ?

    Exposition Emile Friant, le dernier naturaliste ?


    8 commentaires
  • Le 17 décembre dernier fut une journée très riche sur le plan culturel.

    Avant de découvrir les œuvres d'El-Yazid Kherbache et l'exposition Jean-Joseph Picoré j'ai profité d'une riche visite guidée de l'exposition La Lorraine pour Horizon qui s'est tenue au musée lorrain du 18 juin au 31 décembre 2016.

    Exposition La Lorraine pour horizon

    Occasion de parcourir l'histoire de la bataille de Nancy, en janvier 1477, presque miraculeusement gagnée par un René II, duc sur lequel peut aurait misé et grâce à qui la Lorraine, non seulement demeura indépendante mais s'affirma de nouveau jusqu'au décès du bon Stanislas qui signe le rattachement officiel à la France en 1766.

    Les notices des principales œuvres exposées sont accessibles dans un catalogue en ligne, où elles ont été classées par période :

    • 1477-1572 : l'affirmation de la souveraineté des duchés de Lorraine et de Bar
    • 1552-1648 : une première Lorraine française
    • 1632-1697 : les duchés de Lorraine et de Bar occupés par la France
    • 1697-1737 : une indépendance retrouvée ?
    • 1737-1766 : Stanislas ou la préparation de la réunion à la France
    • 1766-1790 : la mort du dernier duc de Lorraine et la réunion à la France

    4 commentaires
  • Avant l'exposition Jean-Joseph Picoré je suis allée découvrir la double exposition organisée dans le cadre de Diwan en Lorraine à la galerie Neuf de Nancy réunissant deux artistes tunisiens :

    Exposition Mu'allaqât d'El-Yazid Kherbache

    Ayant privilégié les échanges avec les artistes, à qui j'ai présenté l'impression végétale, je n'ai pas pris de photographies. Comme vous le constaterez ci-dessus sur le cliché de l'Est Républicain, les suspendues d'El-Yazid sont riches de couleurs et intègrent des éléments de récupération (bouchons en plastiques notamment mais aussi mosaïque zellige, robinet, plateau ...). La toile de jute, qui sert de support à ces invitations aux voyages est travaillée avec de la terre / du sable avant d'être peinte, dans des couleurs chatoyantes, avec intégration de dessins et de calligraphies en lettres d'or. Je me suis régalée.

    Pour la route (et me faire pardonner de n'avoir pas osé sortir mon téléphone) voici deux autres photographies trouvées sur internet et présentant des suspendues qui n'étaient pas exposées à Nancy :

    Exposition Mu'allaqât d'El-Yazid Kherbache

    Exposition Mu'allaqât d'El-Yazid Kherbache

    Merci à l'ami savonnier d'art Abdel grâce à qui j'ai appris cette exposition.


    votre commentaire
  • Grâce à l'association End and Friends, qui a mis sur pied du 14 au 16 octobre 2016 le premier festival de chant choral de Vic/Seille, j'ai pu profiter dans une ambiance intimiste (petite salle d'une centaine de personnes) d'une nouvelle représentation du spectacle On court du groupe Piccolo.

    Festival Saul'voix # 1

    Les nombreuses représentations parisiennes de cet été au théâtre des déchargeurs ont donné bien plus d'aisance et de fluidité.

    Un pur moment de bonheur, prolongé autour d'une bonne table.

    Exposition de l'association des artistes acséens oblige, je n'ai par contre pas eu l'opportunité de profiter plus de ces 3 journées de programmation. Peut être le calendrier sera-t-il plus favorable en 2017 ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique