• L'ami parti devant de Fadila Semaï

    L'ami parti devant de Fadila SemaïAlbin Michel - Mai 2016 - ISBN : 9782226326256 - 171 pages

    Dans cet ouvrage, Fadila Semaï, ancienne journaliste en presse écrite et audiovisuelle nous relate son enquête pour retrouver celui que Christian de Chergé appelait son ami d'hier et aujourd'hui, son père de cœur, Mohammed alias Belkacem celui dont la prière et l'amitié ont conduit le séminariste qu'il était à Jésus, celui qui au cours des trois à quatre mois partagés à arpenter le djebel lui ouvrait tous les dimanches sa table pour le couscous familial, malgré les menaces reçues.

    Son lent compagnonnage avec la spiritualité de Christian, les appuis providentiels de la confrérie soufie Alâwîa, du père Jean-Marie Lassausse qui entretient Notre Dame de l'Atlas et qui l'y a accompagné, d'un capucin en Algérie ... Son intuition sur les belles personnes et celles qui la rendent mal à l'aise ... De magnifiques rencontres avec de vieux chibanis. Et les retrouvailles avec un fils de Benmechay, à qui elle pourra en dire plus sur Christian et les frères de Notre Dame de l'Atlas, l'expérience du Ribat es Salam.

    Je n'ai pas lâché le livre, de l'aube jusqu'à la dernière ligne. L'amitié et le don réciproque de ces deux hommes sont un grand mystère.

    3 passages m'ont particulièrement touché.

    Page 20 : Jean-Pierre [...] se souviendrait toujours de cette allégorie humaine sur la souffrance qui l'avait marqué. Les soufis la comparent à l'extraction des olives, il faut écraser la chair pour que l'huile qui est dans le cœur apparaisse.

    Page 53 : "Tout est simple quand Dieu conduit." (ce que lui a dit l'ami musulman d'une nuit après 3 heures de prières communes et qu'il relate dans son livre L'Invincible Espérance).

    Et cette phrase, page 100, reçue par elle d'un Hadj de 83 ans qui va l'aider dans sa quête : "Je lui fais comprendre que je suis heureuse parce qu'il possède ce que je cherche, une clé. J'accompagne le geste et la parole en parodiant une clé dans une serrure. C'est alors que le Hadj me débite, en arabe, une phrase qui vient de loin : "Ce n'est pas moi qui détiens la clé, la clé c'est toi" et il se détourne. Je médite ces paroles de sagesse."

    J'y ai vu moi un Clin'Dieu de Christian et son ami, de tous les autres frères également qui étaient restés à Notre Dame de l'Atlas et qui l'ont payé de leur vie, une invitation au dialogue inter-religieux, plus que jamais quand les barrières entre les communautés ne cessent de grandir car la carte postale choisie hier pour faire office de marque page représente une clé :

    L'ami parti devant de Fadila Semaï


  • Commentaires

    1
    Lundi 6 Juin 2016 à 19:37

    A mettre dans la PAL certainement (mais je ne lis pas en ce moment...)

    2
    SEMAI
    Vendredi 10 Juin 2016 à 22:55

    Bonsoir,

    "Par hasard", je découvre votre article.

    Je vous remercie vivement de la façon dont vous témoignez de "l'ami parti devant".

    C'est touchant et très émouvant pour moi, de découvrir de quelle manière Christian et Benmechay rencontrent d'autres êtres.

    Oui, tout est simple quand Dieu conduit.

    Encore merci.

    Bien à vous,

    Fadila SEMAÏ

      • Dimanche 12 Juin 2016 à 21:55

        Merci à vous de vous être laissée porter par cette quête et de nous permettre de la partager Fadila.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :