• 11.jpg

    Seigneur Jésus, je veux te suivre.

    Tu allais sur les routes où tu rencontrais des enfants; entraîne-moi vers les enfants qui ont besoin de mon aide.

    Tu allais sur les chemins où tu guérissais les malades; conduis-moi vers les blessés de la vie qui espèrent une présence.

    Tu allais sur les sentiers annonçant la Bonne Nouvelle et partageant le pain; guide-moi vers ceux et celles qui ont faim de toi et de ta Parole.

    Tu allais visiter des amis et ta seule présence les interpellait en faveur des pauvres; mène-moi chez des gens qui ont le cœur ouvert à la compassion.

    Tu allais te reposer en des lieux retirés; montre-moi la voie du silence qui pacifie et ouvre à la sagesse.

    Tu allais prier à la synagogue et au Temple; attire-moi en des lieux où, avec d'autres, je peux entrer en relation avec le Père.

    Tu empruntais la voie du Calvaire en portant ta croix; donne-moi de traverser la souffrance et de lui donner du sens.

    Seigneur Jésus je veux te suivre ; Je mets ma main dans ta main Mes pas dans tes pas, Mon cœur dans ton cœur. Amen 

    Denise Lamarche - Merci à Franz, Salésiens CoopBelSud

    votre commentaire
  • Le découragement est un faux-pas. Ne le laissez pas devenir une chute.

    Maître Philippe de Lyon (merci à Franz, Salésiens CoopBelSud)

    Afficher l'image d'origine

    Source image


    1 commentaire
  • 10.jpg

     

    Je ne sais pas ce qu'il restera de nous,
    tout ce que je sais c'est que nos vies sont de petits cailloux.
    Il faut s'en occuper patiemment avec amour.
    Ce n'est pas grave si ce caillou n'est pas une pierre précieuse

    reconnue de tous. Célébrée.
    Non, notre ouvrage dans la discrétion est de polir ce petit caillou.
    Oui, car chacun est précieux dans sa particularité.
    Parfois dans la nuit des éclats, çà et là, des lueurs.

    Nos vies qui résistent à cette tentation de jeter
    ce petit caillou dans la rivière du renoncement.

    © Patrick Chemin (2011)


    votre commentaire
  • 11.jpg

    N'aie pas peur ! Je te délivre, je t'appelle par ton nom. Tu es à moi !

    Lorsque tu traverses les fleuves  Je reste près de toi : Aucun courant ne pourra t'emporter !

    Lorsque tu traverses le feu Je reste près de toi : Aucune flamme ne pourra t'atteindre.

    N'aie pas peur, Je demeure avec toi. 

    (D'après Isaïe 43) Charles Singer - Prier en famille

    votre commentaire
  • Vous qui traversez l'épreuve, cette petite histoire vraie est pour vous. C'est une maman qui raconte ce que sa petite fille de quatre ans lui a fait découvrir.

    "Ce soir-là, mon cœur est lourd, mon corps pesant. J'entre dans la chambre de Céline pour l'embrasser, à l'heure où s'endort. "Tu sais maman, une croix... (Aurait-elle perçu ce que je vis ? Mes pensées défilent plus vite que ses mots. Une croix ? Oui, je sais !) Une croix c'est une fenêtre.

    - ?

    - Tu ne comprends pas... Regarde, maman".

    Ma petite fille, qui ne sait pas écrire mais seulement dessiner, s'assied sur son lit, prend un crayon- feutre et un papier pour m'aider à voir. Elle trace une croix et l'entoure d'un carré :"Tu vois maman, une croix c'est une fenêtre.

    "Mon cœur s'allège comme l'éclair, mon cœur à nouveau bat à l'endroit :"Ce que tu me dis est merveilleux. Je l'écrirai dans mon cahier pour te le redire quand tu seras grande." Et ma petite fille, déjà si grande, qui ne s'embarrasse pas avec la subtilité des verbes irréguliers, me répond l'air très assuré :"Ce n'est pas la peine, maman, je le sauverai toujours !"

    Cette petite Céline rejoignait ce proverbe Rwandais qui nous apprend la même espérance, la même confiance. "Quand le diable jette des pierres contre l'Église, les anges les ramassent pour continuer la construction."

    Pierre Trevet (Paraboles d'un curé de campagne)

    Source

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires