•  

     

     

    « Si la vie vous jette par terre, levez les yeux : il y a des étoiles au-dessus de vous »

    Guy Finley

     

    Source


    votre commentaire
  • 2.jpg

     

    Dans la paix du cœur se dissipent les inquiétudes sur soi-même et tu vas jusqu'à découvrir à quel point tu te réalises dans une vie donnée…

    Tu t'interroges : mais où est la source à laquelle puiser un tel élan ?  Elle est dans la mystérieuse présence d'un amour.

    Le plus important pour toi est de découvrir que Dieu t'aime.

    Là est la source. Et son amour est présence et pardon.

    Il t'aime, même si tu penses ne pas l'aimer.

    Et viendra un jour où tu lui diras :  je t'aime, peut-être pas comme je voudrais, mais je t'aime…

    Par son Esprit Saint, le Ressuscité traverse, pour le transfigurer,  même le plus déconcertant en toi.

    Les pessimismes que tu portes sur toi-même se dissolvent.

    Fais la chasse aux impressions sombres que peut secréter l'imagination.

    Et s'éclaire la paix du cœur.

    Chante mon âme : je suis au Christ, je suis du Christ.

    Imperceptible changement au-dedans,  la transfiguration de l'être se poursuit au long de l'existence.

    Elle donne de vivre dans le moment présent,  elle fait de chaque jour un aujourd'hui de Dieu.

    Déjà sur la terre, elle est le commencement de la Résurrection,  le début d'une vie qui n'a pas de fin.

    Pensais-tu qu'en toi le sable d'un désert avait recouvert l'amour ?

    Des déserts intérieurs, il y en a. Mais est-il nécessaire de s'y arrêter ?

    Sur une terre aride fleurit l'amandier…

    Et s'il y avait moins de déserts qu'on le suppose...

    Frère Roger de Taizé (Extrait de la Lettre de Russie - Taizé, 1989)

    Source


    votre commentaire
  • 2.jpg

    Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. 

    Il meurt lentement celui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider .

    Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude refaisant tous les jours les mêmes chemins,  celui qui ne change jamais de repère, ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements  ou qui ne parle jamais à un inconnu. 

    Il meurt lentement celui qui évite la passion et son tourbillon d’émotions celles qui redonnent la lumière dans les yeux et réparent les cœurs blessés. 

    Il meurt lentement celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,  celui qui ne prend pas de risques pour réaliser ses rêves, celui qui, pas une seule fois dans sa vie,  n’a fui les conseils sensés. 

    Vis maintenant ! Risque-toi aujourd’hui ! Agis tout de suite ! Ne te laisse pas mourir lentement ! Ne te prive pas d’être heureux.

    Pablo Neruda (Source)


    1 commentaire
  • 1Sans titre 4.jpg

    Prends ton sourire et donne-le à celui qui n'en a jamais eu.
    Prends un rayon de soleil et fais-lui percer les ténèbres.
    Découvre une source et purifie celui qui est dans la boue.
    Prends une larme et dépose-la sur le visage de celui qui ne sais pas pleurer.
    Prends le courage et mets-le au cœur de celui qui ne peut plus lutter.
    Découvre le sens à la vie et partage-le avec celui qui ne sais plus où il va.
    Prends dans tes mains l'espérance et vis dans la lumière de ses rayons.
    Prends la bonté et donne-la à celui qui ne sait pas donner.
    Découvre l'amour et fais-le connaître à tous.

      Gandhi (Source)


    1 commentaire
  • Accepte chaque matin

     

     

    Accepte chaque nouveau matin comme un cadeau, comme un don et si possible comme une fête.

    Phil Bosmans

    Merci à Franz, Salésiens CoopBelSud

     


    votre commentaire