• Transmission

    Les mots comme passeurs de mémoire

  • Les couronnes déposées en octobre sur les 7 tombes de la nécropole nationale étaient vite devenues moches, la mousse ayant vite jauni et j'avais depuis quelques temps en projet de les rafraîchir.

    J'ai donc hier :

    • profité du soleil pour voir le réveil de la nature dans les plates-bandes

     

    Rafraichissement

    • marché (un peu) pour aller nourrir les chèvres lorraines (enfin, les boucs car je n'ai pas vu les mères et les jeunes cette fois-ci)  et cueillir du bois souple et du lierre pour refaire les couronnes
    • réalisé de nouvelles couronnes en cousant dessus les fleurs des anciennes (et rafraîchi aussi la couronne de la terrasse) :

     

    Rafraichissement

    Je viens de déposer les nouvelles couronnes que voici en situation :

     

    Rafraichissement

    Rafraichissement

    Rafraichissement


    2 commentaires
  • Souvenons-nous ...Le 27 janvier est commémorée la Journée internationale à la mémoire des victimes de la Shoah.

    Cette date est celle de l’anniversaire de la découverte par les troupes soviétiques des camps d’Auschwitz-Birkenau et plus précisément de l’arrivée de l’armée soviétique dans ce qu’il restait des camps abandonnés par les Allemands, avec "quelques" prisonniers malades restant, les autres ayant été évacués lors des marches de la mort.


    2 commentaires
  • Ce mercredi est décédé Sidi Hamza, le guide spirituel de l'une des plus importantes confrérie soufie du Maroc, qui était le maître de mon ami Abdel.

    Il appelait ses fidèles à être exigeants avec eux-même mais ouverts et tolérants avec les autres, qu'ils soient religieux ou pas.

    En cette époque de montée des extrémismes de tout poil un  message fort que ces disciples continuent de vivre.

    Décès de Sidi Hamza

    Voir aussi l'article du Monde.


    1 commentaire
  • Les enfants n'ayant vu de Noël que les repas et les cadeaux cette année, nous nous sommes arrêtés à la Basilique de Saint Nicolas de Port pour découvrir la crèche :

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port

    Visite à la crèche de Saint Nicolas de Port


    4 commentaires
  • Le samedi 17 décembre 2016, enfin sortie de la grippe, j'ai pu aller découvrir l'exposition consacrée à Jean-Joseph Picoré qui avait été annoncée sur la page facebook officielle des Jardins éphémères de Nancy (Jardin éphémère Place Stanislas officiel) de manière plutôt alléchante :

    Jean-Joseph Picoré est un des pionniers de l'arboriculture Lorraine et Française. En témoigne son rôle dans la création de la Société Centrale d'Horticulture de Nancy, en 1877, aux côtés de Léon Simon, Victor Lemoine et Emile Gallé. Tantôt professeur, tantôt architecte, Picoré fut également producteur de fruits, artiste et auteur. L'exposition, oeuvre de Maura Rougieux et Jean-Charles Pierron, est une belle récolte réalisée à partir de documents d'époque. Elle est visible au Château de Saint-Max, du 10 au 18 décembre 2016.

    J'ai donc découvert un (grand) homme que j'ignorais jusqu'alors, grâce aux travaux et à la volonté de Maura Rougieux, jeune pépiniériste de Lanfroicourt et Jean-Charles Pierron, désormais administrateur de la Société Centrale d'Horticulture de Nancy et auteur de la récente bibliographie dédiée à Jean-Joseph Picoré tous deux auteurs de cette exposition.

    Professeur d'arboriculture, pépiniériste, paysagiste, Jean-Joseph Picoré a multiplié les talents comme ces pairs plus connus pour honorer l'arbre et l'art de la production fruitière tout au long de sa vie :

    • Non content de savoir créer des espaliers étonnants, en sur-greffant (que les puristes me pardonnent si les termes ne sont pas exacts), ou des arbres vases étonnants,
    • il a dessiné énormément, pour ses cours et pour suivre ces expériences,
    • rédigé des livres,
    • pris en parallèle des photographies de ces travaux à l'aide de la chambre photographique qui était exposée,
    • des schémas de ces projets paysagers, ainsi qu'une de ces maquettes étaient également présentes.

     

    Né à Nancy en 1844, Jean-Joseph Picoré crée son exploitation, les pépinières du Montet, en 1881. Ce lieu de production d'arbres fruitiers et d'ornement, lui sert également à mener des expérimentations, notamment dans le domaine des fruitiers formés et à donner des enseignements.

    Animé d'une réelle vocation de pédagogue, il enseigne l'arboriculture pendant 34 ans, de 1975 à 1909, donnant plus de 800 conférences et démonstrations pratiques, très suivies, dans les 3 départements de la Lorraine non annexée et en Haute-Marne. Auteur de nombreux articles et de livres consacrés aux arbres fruitiers, ses dessins illustrent ses écrits. Il photographie par ailleurs ses réalisations et ses équipes au travail.

    Premier professeur de l'école d'arboriculture de la Société Centrale d'Horticulture de Nancy, dont il fut avec notamment Victor Lemoine et Emile Gallé un membre fondateur, il a marqué son temps par ses recherches, ses créations, ses cours et ses conférences dans les villes et les campagnes où son enseignement est sollicité par les élus et les instituteurs.

    Humaniste, sa foi invincible en la valeur de son enseignement, son ardeur combative et son sens du partage assurent le triomphe de ses idées et lui valent, après 40 ans de lutte, la consécration officielle des vérités qu'il vulgarise.

    Il est aussi un des premiers architectes-paysagistes de l'est de la France et sait exprimer un art de l'aménagement dans les nombreux parcs et jardins, publics ou privés, qu'il crée.

     "L'habile et modeste M. Picoré est un savant et un véritable artiste." dit de lui Emile Badel (érudit lorrain dont j'entendis parler sur les bancs de l'école primaire de Saint Nicolas de Port)

    Il a en la matière obtenu le grand prix de l'architecte paysagiste à l'exposition internationale de 1909, apogée de l’École de Nancy, dont les artistes ont été fréquemment inspirés par les horticulteurs et arboriculteurs de la Société Centrale d'Horticulture de Nancy.
     


    ExpoJJPicoré_201612 - Montage Vidéo Kizoa

    Ses riches découvertes ont pour partie été oubliées, suite au décès de son fils Constant et successeur attendu en septembre 1914, à la bataille de la Somme. Ses descendants ont néanmoins conservé soigneusement ses archives, qui ont été confiées à Jean-Charles Pierron, auteur de la bibliographie « L’homme qui savait parler aux arbres » , sortie en septembre 2016 aux Editions Vents d'Est (en vente au Hall du Livre à Nancy dans deux rayons :
    Lorraine et Horticulture, au Domaine des Eaux bleues à Liverdun ou
    en marge de l'exposition itinérante).

    Jean-Joseph PICORE, grand maître de l'arboriculture en Lorraine

     
    Vous pouvez écouter l'émission RCF Durablement vôtre du 21 mars 2016 où Monsieur Pierron nous décrit le précurseur que fut Jean-Joseph Picoré, qui a utilisé tous les moyens de l’époque pour communiquer sans relâche les résultats de ses travaux et nous a légué ses dessins, ses photographies, ses plans et ses écrits, témoins de ses multiples talents.
     
     
     
    Aujourd'hui l'association Jean-Joseph Picoré met en place un verger expérimental à Lanfroicourt.Au delà d'un patrimoine variétal fruitier choisi, le verger culturel se veut un lieu d'expériences (pour 2017, début de la formation de 2 fruitiers en vase notamment)  et d'échanges, ouverts à l'art avec la réalisation d'étiquettes en faïence. Comme une galerie, le verger présentera une collection permanente de variétés de fruits et de formes palissés (la construction du mur d'enceinte est également au programme pour 2017, afin de pouvoir dès 2018 planter des espaliers le long de ce mur), mais il accueillera aussi des intervenants invités à créer, observer, documenter et expérimenter de nouvelles pratiques, qui seront présentées au public, sous forme d'expositions, de visites, et de conférences, sur place ou hors les murs.
     
    Si le projet vous intéresse, il est possible de parrainer un arbre. Se rapprocher de l'association.
     

    5 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique